Dans la même rubrique :


Comment se déroule un atelier

L’esprit

Je travaille principalement avec des enfants et des adolescents.

Parmi les enfants, selon leur âge, certains ont acquis le geste « technique » de l’écriture, d’autres ne possèdent pas encore la fluidité de « tracé » qui leur permettrait de coucher les mots sur le papier aussi vite que leur imagination les fait naître.

J’insiste donc très souvent sur le côté « aventure intérieure » de l’écriture. On écrit d’abord en soi-même. L’atelier est un lieu tranquille, paisible, où tous les imaginaires peuvent se libérer à leur rythme. Vient ensuite le moment où l’écriture est lue ou entendue. Je suis là aussi pour ça. Pour que les angoisses liées à « je ne sais pas écrire » ou « je ne sais pas bien lire » ou « je suis nul en orthographe » ne soient pas des freins à « j’ai envie de raconter », « j’imagine que... »

L’atelier d’écriture est aussi un atelier sonore. L’écoute, le respect de l’autre au cours des lectures à voix haute font partie intégrante des découvertes et des apprentissages.

Sans forcer, nous sommes amenés à porter à la connaissance de tous les textes de chacun. Quand l’enfant ou l’adolescent ne souhaite ou ne peut pas le faire lui-même, je m’en charge. Je fais du théâtre depuis pas mal de temps, j’ai l’habitude des lectures publiques et j’ai une bonne voix. Les auteurs sont souvent surpris d’avoir écrit quelque chose « d’aussi bien » . Cette mise en valeur leur donne de la confiance. Elle permet aussi de pointer sans redouter d’être jugé et, bien entendu, sans aucun esprit de moquerie, qualités et faiblesses. Elle est un passage nécessaire vers une plus grande maîtrise de son expression, de son style. Les auteurs se rendent compte que l’audace est souvent payante, l’engagement salutaire et l’erreur créatrice.