Julien Dalivilles, marchand de savons intraitable

Cher Monsieur P.,

Pour cette nouvelle année, comme nous ne pouvons pas nous entendre et comme je vous souhaite vivement d’acheter mes précieux et uniques savons (je sais que le pays manque d’hygiène) je peux, pour le Nouvel An, vous livrer une soixantaine de savons gratuits.

Mais, après, cher Monsieur, vous serez confronté à l’obligation d’acheter un million de savons par semaine.

Cela coûtera au moins 666 666 666 666 euros.

Je suis désolé car c’est une véritable fortune que vous n’avez sûrement pas, mais c’est une loi qui durera au moins 222 222 000 222 222 années ou, plus exactement, un billiardion.

Bon, je suis content que cette année nouvelle soit enfin arrivée parce que les chiffres montent dans le commerce !

On en est, dans mon entreprise bien sûr, à 112 112 123 123 012 euros. De quoi nourrir la terre entière !

Eh bien je vous quitte sans regret.

Pas cordialement,

J. Dalivilles

P.S : Achetez ! Sinon vous aurez d’énormes problèmes !