Dans la même rubrique :


Premières chansons

Chansons de saison

Drôles d’histoires

L’atelier d’écriture de Musique et handicap, a décidé de participer à un concours. Le thème : Humour et handicap. Mais, qu’est-ce que l’humour ? L’humour a-t-il le même sens pour chacun d’entre nous ? Chacun d’entre nous a-t-il le même "sens" de l’humour que son voisin ? La drôlerie peut se nicher aussi bien dans notre quotidien que dans notre imagination la plus folle...



Les vacances d’Arielle

Je m’appelle Arielle. Je travaille à Suresnes. J’aime tellement mon travail que j’oublie de partir. Je fais du conditionnement, ça change tous les jours et, quelquefois, toutes les heures. Un jour, j’ai eu cinq boulots différents ! Mais ce n’est pas le record, le record c’est quinze, pour l’année 2005 !


Un matin, mon patron m’a dit de partir en vacances pour trois jours. Mon patron, je le trouve super sympa. Il nous offre des heures. Il est grand, mince. Je ne sais pas comment sont ses cheveux, marron peut-être, je ne suis pas sûre. Son petit nom, c’est P-J.


Moi, je pars ! Je ne me suis pas posé de question : on me dit de partir, je pars ! Une heure après (en vrai, je n’étais pas vraiment partie ), P-J m’appelle sur mon portable :
« Je me suis trompé. Tu es obligée de revenir ! »


Dans ma tête, je me suis dit : « C’est pas possible, j’ai plus de jours de vacances... On peut pas inventer des jours ! »


Quand je suis revenue au travail, j’ai compris ce qui s’était passé. Il y a une fille qui habite en face de chez moi qui me l’a dit : « T’es pas en vacances. Il s’est trompé de personne. En fait, c’était Marielle ! »


P-J, faudra qu’il repasse un « examen de prénoms » . Je sais, ça n’existe pas, mais quand même ! Confondre Marielle et Arielle, c’est qu’il est vraiment dur d’oreille !

Arielle, mai 2006



Paul, chauffeur de bus

Un jour, je me suis fait flashé sur le périph’ quand je conduisais le bus. J’ai dû payer 90 euros d’amende, deux points en moins sur mon permis de conduire « transports en commun » .


J’ai eu une panne d’injecteur. Le dépanneur est venu, a ouvert le capot et a mis une demie-heure à réparer.


Broum, broum, broum !


Je repars avec mes passagers.


J’ai foncé comme un fou, j’ai doublé tout le monde sur la file de gauche. Les passagers étaient contents. J’ai roulé à une vitesse effroyable. On a fini par atterrir à Tombouctou.


Paf ! Dans le sable !


Du coup, j’ai eu du mal à rouler. La roue patinait tellement que les gens ont reçu une grosse poussière de sable et se sont mis à tousser comme des fous. Ils ont été obligés de prendre des pelles et de creuser pour dégager le bus.


Il a fallu passer le bus au lavage automatique. Le patron était furieux ! C’était quand même une bonne aventure. Le patron a donné 300 euros aux passagers les plus courageux.


Et moi... J’ai gagné un car tout neuf !!!

Paul, mai 2006



Une grenouille voyageuse

Il était une fois une jolie grenouille qui était dans la mare et qui faisait « Coâ, coâ » et sautait dans les nénuphars. Elle vit s’envoler une abeille dans les nuages. Elle essaya de sauter haut dans le ciel pour l’attraper.


Elle retourna chez elle chercher une épuisette. L’abeille avait disparu. C’était une abeille sauvage qui faisait « Bzz, bzz » . La grenouille fut bien surprise. Elle se sauva pour ne pas être piquée par le dard. Pour ne pas se fatiguer, elle prit son vélo-parleur qui lui indiqua la route jusqu’au panneau qui indiquait :


« Bienvenue en Irlande ! »




Louis-Marie, avril 2006